Aurélie Fransen: Coach de vie

Pour commencer, j’aimerais te féliciter pour ce que tu fais car une femme entrepreneure c’est magnifique à voir ! De plus en plus de femmes se lancent et c’est grâce à des femmes comme toi qu’on peut se dire que c’est possible ! Parle-nous de ton métier et des services que tu proposes à tes clients, ton public ? 

« Je suis certifiée Coach par l’INA, l’institut des neurosciences appliquées. Ça fait deux ans que j’ai lancé mon activité Estime & Vous. Ça me tenait à cœur de l’appeler comme ça, car je reste persuadée que sans estime de soi, tu ne peux pas te réaliser ! Mes services sont destinés à l’accompagnement des femmes entrepreneures. Pour moi, être entrepreneur, ce n’est pas destiné qu’à la vie professionnelle, c’est aussi un état d’esprit dans la vie, car on est maître de notre vie. 

Malheureusement en tant que femme, on a certains obstacles par rapport aux hommes entrepreneurs. Selon moi, on a cette légitimité que le rôle de la femme détient dans la société, la femme au foyer etc. Le manque de temps, d’énergie, de prise de décision peuvent décourager la plupart du temps. Mais on a toutes une WonderWoman en nous et c’est là que je souhaite intervenir pour la faire sortir. »

J’ai pu regarder ta chaîne YouTube ! Tu respires la joie de vivre. D’où te viennent cet enthousiasme et toute cette positivité ? 

« J’aime beaucoup cette question et merci de me la poser. J’ai la chance de venir d’une famille hyper heureuse. On s’entend tous super bien, on a tous eu des problèmes individuellement mais on a toujours eu la force de s’en sortir. 

Dans mes études de coaching, il existe des tests qui te font te connaitre, qui font ressortir tes valeurs. C’est là que j’ai appris que ce sont tes valeurs qui te font prendre les décisions; et grâce à ce test j’ai vu dans mon cas, que l’humour ressortait. Cet enthousiasme c’est comme une foi, et c’est de ça que je tire ma force. »

 

Quel métier faisais-tu avant et qu’est-ce qui t’as poussé à quitter le salariat, à changer de vie ? 

« J’ai eu un parcours assez classique, j’ai fait des études de social en Belgique. Dès le début de la vingtaine j’ai été assistante sociale, j’ai ensuite occupé des fonctions RH, passant par le recrutement. À cette période, j’aimais déjà contribuer aux bonheur des autres. J’ai toujours été très satisfaite de mon métier mais ce n’était pas ma place, je savais que je pouvais donner encore plus. Ça m’a prit plusieurs années.

Dans le salariat, j’ai vécu une expérience assez dure socialement parlant. La vie inter-entreprise était très difficile à vivre. Une fois j’ai revu ma marraine à Paris et il se trouve qu’elle avait fait la formation de coaching. Je buvais ses paroles, elle m’a donnée envie de faire comme elle. J’ai organisé une rupture conventionnelle avec mon ancien emploi et là, l’aventure a commencé.

Qu’apprécies-tu le plus dans ton métier ? 

« Ma plus grande satisfaction est double. La première chose c’est de voir la puissance qu’ont les outils que j’ai étudié en formation sur mes clients. La deuxième chose c’est que tous les jours, je suis l’exemple que je n’étais pas avant. Ça c’est mon mot d’ordre ! Je suis totalement épanouïe et reconnaissante. 

 

Tu détiens une belle originalité ! On le voit directement dans tes vidéos, j’ai beaucoup apprécié ta vidéo « arrêter de se disperser ». C’est quelque chose qui nous frappe tous en tant qu’entrepreneur. Comment se sortir de cette phase ? 

« Quand on se lance, on se disperse car je trouve qu’il manque cruellement de formations sur comment on se lance en tant qu’entrepreneur. Peu importe dans quoi tu veux te lancer, le processus est semblable.

Puis pour aussi sortir de cette phase il faut avoir une auto discipline infaillible, effectuer de petites tâches chaque jour. Vaut mieux avoir une tâche et la répéter 1000 fois que l’inverse. Il faut aussi être accompagné par les personnes qui sont déjà passées par les étapes qu’on a traversé, regarder les gens qui ont réussi et reproduire leurs actions. »

 

Ta chaîne YouTube est complète ! Tu donnes des conseils pour les personnes en couple, les entrepreneurs. Tu fais également des vidéos pour se sentir mieux, avoir une meilleure estime  de soi. Ces conseils sont tirés de ton expérience personnelle ?

« Oui surtout ! Quand j’ai fais ma formation j’ai appris à mettre des mots justes sur ce que je fais. C’est ce qu’on appelle prendre conscience. Pour moi c’est super important de savoir éclairer les lumières qui sont à l’intérieur de nous afin de briller. »

 

Il existe une multitude de coachs ! Lesquels t’ont inspiré ? 

« David Le François qui a été mon formateur, quelqu’un de très intègre. Anthony Robbins qui est la bible du coaching selon moi, mais malheureusement je trouve qu’il n’y a pas assez de femmes qui sortent du lot dans le coaching. Cependant ce qui est bien, c’est que les portes ouvrant sur le coaching de vie sont maintenant plus accessibles pour les femmes. »

 

A quoi ressemble une journée typique d’un coach ?

 « C’est beaucoup de suivi. Je répartis mes journées de façon à ce que ce soit un arrosage automatisé. Le lundi, par exemple je vais gérer les comptes c’est la partie administrative et la planification de la semaine; le mardi je filme, je fais du coaching et le reste de la semaine je gère ce qui n’a pas été fait lundi. »

 

Dernière chose, tu es membre de KOVALYS CONNECT ! Tu partages donc la même vision sur l’entrepreneuriat que nous, celle d’encourager l’entrepreneuriat et de donner les mêmes chances de réussite à tout le monde. As-tu un message à faire passer aux personnes qui aimeraient mettre en application leurs idées, et plus particulièrement aux femmes porteuses de projets et entrepreneures ? 

« Le plus important, pour résumer, serait que les femmes se reconnectent avec elles-mêmes. Elles doivent se faire confiance, se dire qu’elles sont capables et se fier à leur voix intérieure. En réalité, c’est à faire par tout le monde.»

Vous aussi vous aimeriez tenter l’expérience, évoluer et prendre conscience de vos talents cachés, contactez Aurélie Fransen et franchissez le pas !

Laisser un commentaire